Blog

Déambulation et lâcher de clowns... ké za ko ???

 

J'avais envie de vous faire découvrir des vidéos sympas et surtout fidèles

à notre vision de la déambulation clownesque, aussi appelée "lâcher de clowns".

Je vous souhaite un plaisant visionnage et un beau voyage chez nous !!!

 

Du clown en abondance à Lyon et à Grenoble

Ludor Citrik et son spectacle Rance Gression à Lyon le 22 avril 2017.

Les infos ici : http://lagrandecoteensolitaire.net/rance-gression/

Ludor citrik

La Cie du Voyageur Debout du 20 au 25 avril 2017 à Lyon.

La cie du voyageur debout

Festival du numéro de Clown à Grenoble du 26 au 29 avril 2017 :

Festival clowns grenoble 2017

 

 

Lire la suite

"La parole juste du Clown. Habitée jusqu'au bout des orteils"

"La parole juste du Clown. Habitée jusqu'au bout des orteils" écrit par Odile Grippon (Bataclown)  dans la revue "Culture Clown" N°20 "Ouvrons des passages... dépassons les clivages "

"Aller vers un son, une voix, un corps libres de jouer ensemble dans un tout qui serait le clown... J'en suis venue aux deux pré-requis essentiels à l'entrée en piste de la parole : la présence et le jeu ! 

La présence et le jeu

Tout commence par la présence. Le clown, c'est être là, tout en se donnant à voir (même dans le noir !). C'est s'inscrire dans une dynamique qui va de l'extérieur vers l'intérieur, puis de l'intérieur vers l'extérieur (ou inversement) ; de son environnement vers soi, de soi vers son environnement, vers l'autre, le spectateur.

Quand je travaille l'improvisation en clown-théâtre, je commence par être là, les sens en éveil : je regarde, écoute, touche, sens, goûte ; j'éprouve ces sensations, je prends le temps de les déguster, j'ai conscience de ce qui m'arrive : je suis présent(e). La présence émerge d'un état de disponibilité de chaque instant, à soi d'abord (sensation proprioceptive, intéroceptive, extéroceptive, kinesthésique, émotion de l'instant...) à son environnement (espace, objets...), à l'autre (partenaire de jeu, spectateurs).

Cette présence vécue s'incarne par l'expression ; elle se donne à voir dans un langage corporel. Je suis là puis je donne à voir ce que je vis : mon état, mes sensations, mon image ; je les donne à lire par mes mimiques, mes attitudes, mes postures, ma voix, à mes partenaires, aux spectateurs (ces derniers pourront ainsi s'identifier au personnage et suivre la dramaturgie du propos). Avec ou sans mots du moment que ce que je vis soit lisible !

Dans cette disponibilité de tous les instants, l'acteur-clown y met le jeu : c'est la fiction, l'imaginaire qui s'incarne à son tour, s'exprime. L'intensité de la présence mise en jeu ouvre à la reflexivité : le clown vit, est conscient de ce qu'il vit, l'exprime : il est conscient de ce qu'il donne à voir et de la réaction que cela suscite chez l'autre, dans des allers et retours incessants, un jeu de ping-pong entre lui et ce qui l'entoure. C'est cette combinaison de la présence et du jeu qui permet l'accès à la dimension tragique de la vie dans la légèreté et le rire ; là nous touchons à la fonction du clown qui nous conduit vers une dédramatisation de la vie. Alors, tous les sujets sont possibles !

Le jeu de clown permet d'agir et dire, simultanément, en différé, dans un sens ou dans l'autre, avec le corps, avec la voix. Tout y est possible : parler, beaucoup, peu, ou pas du tout... La voix est bien indispensable au clown : même si il ne parle pas, il n'est pas muet, sinon c'est un mime, non ? Nous entendons bien au moins des soupirs, des onomatopées, des exclamations, voire du grommelot dans les improvisations, les spectacles, les interventions. Slava nous le montre bien dans son super Show !"

La parole du clown

Les clowns ont leur mot à dire pour mettre en lumière ce que nous laissions dans l'ombre (sentiments, émotions, états), dans l'indicible, briser les tabous, transgresser les interdits, nommer les invidences ; la parole du clown surgit là, devant nous, irruption incongrue, et elle nous révèle nos faiblesses, nos maladresses, notre fragilité, dicrètement ou effrontément...

Oui, le clown peut parler de tout (sans le faire n'importe comment bien sûr !). Sa fiction prend racine dans son regard naïf sur le monde... et sait pour cela qu'il peut tout dire !...

Le clown, être de fiction proche de l'enfant, nous ramène à cette dimension naïve de notre rapport au monde que nous, adultes, avons perdu. Il enfonce les portes ouvertes, dit tout haut ce que nous n'osons peut-être même pas penser tout bas, nous rapproche de ce que nous cherchons à éloigner de nous mêmes. Il se vautre dans l'inconfortable et l'indicible. Lui le dit, de sa fenêtre, dans sa logique décalée...'C'est pas moi qui ai mangé la confiture, dit l'enfant. C'est moi qui ai mangé la confiture, mais je ne le dirai pas, dit le clown.' (Jacques Brioules)

La parole du clown, quand elle est juste, vient percuter notre regard : elle n'a de valeur qu'à travers sa justesse, authentique reflet de ce que le clown vit à ce moment précis et qui fait écho à notre vie de simple humain...

La parole juste fait presque toujours suite à une silence, une action, un geste, une série de mouvements, des points de suspension, pour appuyer, préciser, renforcer, donner sens ; ou alors contredire, surprendre... Là, elle vient se faufiler dans une faille, fait irruption, et provoque une rupture. 'C'est la rupture de la logique qui engendre le rire, et plus on se prend pour quelqu'un d'important, plus est comique la dégringolade, plus ça fait rire...' (Marc Favreau).

Au-delà des mots, laissons vivre nos personnages à leur façon, avec leurs corps et leurs voix ; travaillons notre présence dans le jeu, aiguisons nos antennes, et nous serons plus à même de nous offrir le luxe d'une vraie parole, une parole juste parce qu'habitée jusqu'au bout des orteils..." Odile Grippon (Culture Clown N°20)

 

 

 

Lire la suite

Création collectif pour déambulation en accord avec notre coeur.

 

Un de mes souhaits est de créer un collectif de clowns pour déambuler là où cela bouge au niveau du coeur.

Là où des thématiques proches de nos convictions profondes en humanité, solidarité, écologie, environnement, respect etc. se manifestent.

Si tu es tenté par ma proposition, contacte moi au 07 82 28 22 33

 

 

 

Interview de Slava (Slava Snowshow)

 

 Un très bel article de Slava Polounine, interviewé à l'occasion de sa tournée exceptionnelle (Chambéry en février 2017) !

 C'est ici : http://www.tdg.ch/culture/vrais-clowns-chamans-dit-slava/story/26240868

Lire la suite

Slava snow show à Chambéry

 

 Slava sera à Chambéry du 15 au 19 février 2017 !!! Nous y serons. Et vous ?

 

Du délice clownesque pour son artiste intérieur à Bourg en Bresse

 

 Carbur' en scène à Bourg en Bresse en janvier et février 2016.

 Il y aura "Vivix : ovaires et contre tous", "Mégawatts" avec Rosie Volt et "Urban et Orbitch"

 Voici le programme : https://issuu.com/antoine.gallet/docs/programme_2016_final_web/1?e=0

 Longue vie à nos clowns !!!

 

Nourriture pour son clown

 

Emma la clown et Catherine Dolto au Tobbogan à Décines, ca sera le vendredi 1er avril 2016.

Les Chiche Capon au Comédia Odéon à Lyon, le jeudi 17 mars 2016.

Au mois de mars aussi, deux clownes au théâtre de Macon avec la possibilité de faire un atelier découverte clown parent-enfant (dès 8 ans).

Etonnant ce regroupement de spectacles sur une même période !??

Lire la suite

Brocante générale

 

 Brocante générale

° Un cintre en bois rigide avec crocheton oesophagien à dissoudre dans le calcaire avant d'en faire bon usage.

° Une boule de pétanque luxueuse et un noeud de glotte à céder.

° Un parkinson qui voudrait tendre la main, à offrir généreusement.

° Une valve en peau de grenouille. Très souple et extensible. A négocier le prix.

° Une épingle de nourrisse pour se distinguer.

° Un clairon pour claironner toute sa colère et facilitateur de la vidange du ventre.

Haute puissance sonore et pouvoir rayonnant intense.

...............Oyé une vidange lacrimonale tend à évoluer... à rayonner.

De la colère en soubassement transformée en tristesse diffusable à tout l'espace corporel.

Corps et âme, une corrélation authenthique et fine !..................

° Dernier ajout : un tuyau d'arrosage multi-canaux lacrimoniaux pour une diffusion saine et légère. Très efficace donc très chèr !!!

By Miss Pétula Flamme (alias Danielle)

Rencontre clownesque du coeur

 

Deux amies... se sont reliées pour se faire rencontrer deux "équipes" de clowns amateurs à Villars les Dombes : Patricia Montorier avec ses élèves du cours hebdomaire du "Petit Chêne Théâtre" à Cluny. Et Danielle Dubois avec les stagiaires des épopées mensuelles de Clown d'En Vie à Villars les Dombes.

Une journée riche d'échanges, de nouvelles rencontres en improvisation et le désir de renouveler cette expérience l'année prochaine.

Je suis heureuse que cette expérience ait pu se vivre.

Merci Patricia pour ton coeur énorme et ta sensibilité.

Merci les Clowns de Cluny pour votre bel enthousiasme.

Merci les Clowns d'En Vie pour votre beau parcourt et les êtres exceptionnels que vous êtes. Merci pour vos magnifiques cadeaux surprises !!!!

 

 

 

Lâcher de Clowns ????

Le monde perpendiculaire en vrai !!! 

Ma définition du lâcher de clowns ou de la déambulation clownesque :

Un monde intérieur qui émerge vers l'extérieur et qui s'offre aux passants.

Eux mêmes curieux de découvrir notre monde imaginaire sur d'autres sphères pas très terre à terre.

Une aventure où deux mondes se rencontrent... voir plus de monde encore...

les mondes parallèles et les mondes perpendiculaires...

Comme le dénote cette photo prise lors de la découverte de notre premier monde perpendiculaire... Tout un monde ;O)

 

 

Le rire : faut-il, faut-il pas ?

Pétula (alias Danielle) raconte son rire :

Quand les Turbines sont en pleine puissance, y'a les soupapes qui font de l'air à oxygène. Ca décongestionne le trop plein. Ca gazéfie les neurones en hyperpression. Ca dégouline de marmelade antirouille.  Et ca explose d'un rire franc et sonore... incalculable c'est-à-dire ingérable.

J'ai un amoureux funjo qui m'a entendu et vu qui a adoré. C'est ce qu'il a le plus aimé de moi.

Y'a une théatreuse experte qui m'indique à chaque rire instantané que la signalisation indique "Silence" on tourne. Et pouis "Rupture" et encore "Rupture" !! Alors la princesse que je suis en vient à être décapsulée de la tête car elle a vécu en illuminée libre de dépoter le rire le plus explosif et baveux du monde. Une experte en la matière je suis. Alors je succombe et je tentative la retenue que parfois en fille sage, j'arrive à octroyer de ma turbine à vapeur. Je ampactonne au fond, sers les boulons et extrabulle dans les coulisses... un jeyzzer éclaboussant informe et bidonnant.

Et pouis y'a toi la Dame que j'adore débordante d'accompagnements techniques et exigeante pour toi et pouir pour nous. Quand je ris tu ne dis mot et pouis jusqu'à ce jour où tu m'as félicité et que tu as dit que j'avais une belle énergie. Et que c'était dommage que j'avais fait une rupture avec le rire pendant la dite super actionne girl !!!

Alors là je crois que j'ai compris quelque chose ! Mais présentement la puissance d'énergie exprimative se magmatisait en lave irruptionnale dans tout mon dos et mes artères.  Le rire salvateur à décompresser la pression orgasmique du Vésuve pour que je resaute dans l'actionne girl en folie !!!

Alors si toi tu as aussi les turbines qui s'échauffent... ri... car tu peux pas faire autrement d'abord ! Et garde la conscience pleine à rabord de tes sensations physiques et émotionales pour plonger dans la micro seconde suivante dans l'actionne girl ou boy que tu es !

Si tu ris pour de faux, en faux semblant de quelque chose qui ferait rire alors désarçonne cette poussée fantasmagirique.

Si tu te caches derrière ton rire alors n'oublie pas que nous te voyons. Zoublie le , dévoile tes faiblesses et tes ressentis car dans notre sphère intime la sincérité on aime, tes faiblesses on aime, toi on aime.  

Et pouis pour finaliser la chose, je donne une médaille d'or à mon rire avangardiste qui dépiste le fatra, la suite imaginale et y baigne avant que la chose se visionne dans mon émisphère occulaire et avant qu'elle n'ait atteinte les cordes vocalises car déjà en réalisation dans ma stratosphère cosmique interne.

Impulsion écriturale tirée de la marmite de Petula et du RireVega grand livre ancestral découvrable dans les mémoires stratrosphériques aux grands initié(e)s du Nez.

 

 

 

Initiation à la Passerelle,Médiathèque de Trévoux

Constellation Clowns du 9 mai 2015

Merci quel beau cheminement en une après-midi vers le lâcher prise, le jeu et le rire. Bravo à tous ! Et gratitude car je me suis régalée aussi !!

La trouvaille

 

"L'état de jeu se nourrit de rencontres fortuites qui s'enfilent pour former le collier de perle qu'est l'improvisation. Cet état de jeu habite le clown, l'entraîne à faire de chaque rencontre une trouvaille, c'est-à-dire une découverte heureuse. Il a cette aptitude à saisir au vol un son, une ligne, un objet comme s'il l'avait choisi et lui faisait de l'oeil. Etre dans un état de clown, c'est se sentir interpellé par ces infimes rencontres que notre aveuglement quotidien ne relève plus depuis l'épuisement de notre enfance. Ce monde devenu transparent le triste jour où nous avons abdiqué devant la rationalité et l'effectivité. L'état de clown réinvestit de merveilleux ce qui est devenu anodin. Il en fait une trouvaille et soulève le voile poussiéreux de l'oubli."  "Le clown thérapeute" Isabelle Schenkel éditions L'Harmattan page 115

"L'intention phénomènale"

"Le clown dévore le monde en allant à sa rencontre. En cela, il participe pleinement à sa manifestation. Le monde se révèle à chaque fois différent et c'est ok pour le clown. Il participe à la révélation d'un phénomène qui va bien vite lui filer entre les orteils. Il lui sert de faire-valoir. Cette intention phénomènale fait de lui un véritable artiste. En effet, l'intention esthétique est avant toute chose, phénomènal. Elle passe par nos sens pour favoriser l'expression de ce qui, dans l'instant, cherche à prendre forme.

Le clown est capable à la fois de voir ce qui est là et de rêver à autre chose. Il est un moyen d'expression sensible et poétique. La réalité quotidienne nourrit ses rêves, ellle ne les tue pas. Et c'est énorme ! Son intention se résume à révéler le lieu. Le personnage du clown est poétique. Il nous ouvre un truc immense en ne cherchant pas à imposer un message, un sens ou une moralité. C'est le seul jeu d'acteur qui autorise une action juste pour elle-même, pour le plaisir. Dans tous les autres niveaux de jeu, il faut une bonne raison pour agir. Le clown débarque sans que rien ne justifie sa présence. Les actions qu'il va accomplir devant le public n'apporteront aucune justification. Au contraire, plus l'acteur laissera faire le clown, plus il sera perdu. La confusion sera palpable et pourtant tout ira pour le mieux. Le clown part d'une position particulière. Il est libre de faire ce qu'il veut et tout ce qu'il va souhaiter ne viendra qu'emberlificoter la situation. Il la complique pour mieux l'ouvrir. Il la démonte pour lui donner du jeu, pour l'assouplir. Il casse la linéarité que le quotidien construit contre une action et son sens, entre un objet et son usage. Et le sens, à savoir la signification autant que la direction, se réinvente constamment.

Le sens reste toujours inachevé. C'est à partir de ce postulat qu'Husserl développe son concept d'intentionnalité. Contrairement aux suppositions essentialistes et déterministes, pour lui la quête de sens n'a pas de fin car le sens n'est pas déterminé par avance. Sur scène, chaque mouvement de l'acteur induit une nouvelle image et chaque fois la possibilité d'un sens nouveau s'ouvre. Le sens se construit à chaque rencontre, par fulgurance, puis se déconstruit et repart ailleurs. C'est l'intention portée aux choses qui leur donnera du sens sur le moment, car elle se nourrit de notre histoire, de nos désirs, de nos connaissances. A travers tout cela, nous rencontrons une chose ou une émotion. La conséquence est que nous ne les rencontrons jamais sans filtre. Nous croyons connaitre la chose, mais ce que nous connaissons, c'est la rencontre avec cette dernière. L'intention de l'acteur est nourrie de ses rêves et de son histoire. Si l'acteur se met à nu en entrant sur scène, c'est pour offrir au clown la possibilité d'une rencontre plus naïve avec des mondes extérieurs et intérieurs. Il dépose tous ses désirs  et son histoire dans une grande marmite. Le clown n'a plus qu'à mettre le feu et mijoter la soupe."

Extrait du livre "Le clown thérapeuthe" d'Isabelle Schenkel Editions L'Harmattan pages 80 - 81

 

Stage Roy Hart : "Voix, conte et clown"

Le stage que j'ai vécu au Roy Hart en novembre m'a nourri et offert plein d'expérimentations liant voix, conte et clown. J'ai envie de continuer l'aventure en 2015. C'est le côté laboratoire où l'espace de tous les possibles est ouvert sur du nouveau, du renouveau et des surprises personnelles. Ma Vraie Vie, celle que je tricote avec amour et passion.

Longue vie aux Chiche Capon !!

 Wouahh ! Vous m'avez fait pleurer de rire les Chiche Capon. Je retourne vous voir dès que vous repassez près de chez nous. Vive vous !!!

 J 

Kif ensoleillé

Un savoureux kif de gratitude à vous les enfants

que j'ai eu plaisir à retrouver dans la cour de l'école primaire

de Villars les Dombes vendredi dernier.

Et oui, le premier groupe TAP c'est terminé la veille des vacances de la Toussaint.

Un deuxième groupe vient de démarrer  l'activité "Clown" 

et les potentiels clownesques sont bien présents chez certain

et prêt à se révéler chez d'autres.

Je kif votre enthousiasme et votre entrain.

Merci.